Coppa di Francia/Interviste/Le Hèros de la semaine/Uncategorized

Il y a un italien dans le miracle signé Les Herbiers, Stephane Masala: entretien avec le coach des merveilles de Coupe de France

masala 3

Ca ne pouvais pas etre que lui notre héros de la semaine, Stephane Masala, entraîneur en interim du Vendée les Herbiers qui a fait un cadeau aux supporteurs de la Loire en ramenant une équipe de troisième division en finale de Coupe de France, où Mardi prochain son équipe defiera contre le Paris Saint Germain dans une finale historique. Son parcours comme entraineur commence bizarrement en Janvier 2018, mais le nantais de naissance a très vite fait son escalade personnel dans la pyramide du football français. Il est parti de ses origines, de l’Italie, des matchs de la Juve et de l’Italie qui regardait avec son père, comme il a raconté à La Stampa, pour arriver à la video de Buffon montrée à son gardien avant les penaltys des quarts de finale contre Lens, quand ses parents et autre 35.000 personnes poussait l’équipe vers un exploit: on en a parlé avec lui, qui nous a expliqué comme garder les pieds sur terre en continuant à croire dans ses idées.

“Mon histoire avec le foot commence à Reims, où je commence à jouer à 7 ans dans une petite équipe de quartier. Reims était à l’époque en deuxième division, il y avait des structures pour se former, meme si après il s’est cassé la figure et j’ai du partir à Troyes pour devenir un professionnel. J’ai eu une carrière comme milieu de terrain et j’ai terminé en 2014 à Luçon. Après deux ans, mon histoire comme entraineur adjoint commence ici, à Les Herbiers: j’y arrive avec Frédéric Reculeau l’année dernier mais du à des resultats critiques en début de cette année il y a eu la separation entre Fréd et l’équipe et ils m’ont demandé de gérer les entrainements et prendre la place d’entraineur provisoirement (vu que je n’ai pas le diplome pour entraineur à ce niveau) pour attendre l’arrivée du nouvel entraineur. Mais comme on a eu des bons résultats, ils m’ont demandé de mantenir l’équipe en National. On est pas encore sauvé, ils nous restent deux matchs très importants et on a fait un parcours incroyable en Coupe de France.”

Vous arrivez le 16 Janvier: après même pas deux semaines votre club gagne 0-3 à Auxerre dans un match épique sous la neige.. qu’est-ce que vous avez dit à vos joueurs dans le vestiaire?

Masala 2

“Qu’on s’était mis dans la merde (il sourit) parce qu’à partir de ce moment là on devait toujours faire des match comme ça! Ca a été exceptionel, un match fantastique où on a eu même de la reussite en terme de jeu et d’occasions qu’on a su se prendre. Vous m’avez montré que vous êtes capable de battre Auxerre 0-3? Alors il va falloir le montrer à chaque fois, on a mis la barre haute! J’ai dit ça.”

Une équipe qu’au niveau du jeu, de l’ordre tactique et de la sortie de balle semble toujours ordonnée meme face au pressing des équipes plus fortes du tournoi:

“C’est ça la tactique! On essaye d’aspirer l’adversaire dans notre partie de terrain pour nous créer des espaces à l’interieur de ce bloque: c’est une chose qu’on faisait déjà avant, il y a une coté d’équilibre d’équipe et une autre de création du jeu.”

Masala a eu un passé comme milieu de terrain et souvent capitain de ses équipes, une tendance qui a influencé ses idées comme entraineur:

“Je pense que c’est une chose qui a forcement influencé mon parcours: c’est au milieu de terrain qu’on voit mieux des choses et on arrive à féderer l’équipe.”

Lucide oui, mais avec beaucoup d’émotions:

“Le match où j’ai vraiment prouvé beaucoup d’émotions a été celui là contre Lens,  où on a gagné aux penaltys. Il y avait mes parents en tribune, derrière moi, pour me soutenir et moi je me jouais une demi finale de coupe, c’était incroyable. Sans oublier les 35.000 personnes de la demi finale contre Chambly à La Beaujoire.”

Au niveau médiatique, on imagine les sollicitations de ces dernieres semaines:

“On est pas habitués du tout! On a été sollicité par nos partenairs, par la ville, le département et les médias. Prouvez à imaginer ça. J’ai essayé d’etre clair avec les garçons: notre finale à gagner est le maintien, je vais pas évaluer la finale dans un score comptable, je vais pas m’attacher à régarder le résultat. J’aimerai réussir à mettre en place notre jeu, peut etre sur quelque seconde, minute, sur quelque periode du match et si on arrive à le faire de temps en temps contre le PSG ça serait déjà très très bien pour nous et il faudra la prendre comme une victoire. On va apprendre quelque chose, ça c’est sur, à partir du staff, de l’êntraineur et des joueurs. J’ai hate d’y être et ça va etre quelque chose d’importante parce qu’on va toucher du doigt le très très haut niveau.”

Vous avez un message pour les italiens qui vont vous suivre comme un compatriote et vont vous supporter pendant cette finale?

“Je les remercie de coeur! J’ai été béni par cette culture et cette façon de voir la vie et le football. Je suis fiér, à mon petit niveau, d’avoir represénté l’Italie. Merci!”

Vous avez été invité dans beaucoup de televisions, comme par exemple à Canal +: est-ce que vous sentez que cette année a été une immense occasion pour avoir une grande carrière d’entraineur?

“Oui absolument, c’est possible. Là je suis mis en avant, mais c’est à travers mon équipe et mes joueurs, même si c’est vrai que j’ai toujours voulu être êntraineur. J’éspere reussir à etre entraineur professionnel, il me fallait de l’éxperience pour arriver à participer à la formation pour le diplome. Faut continuer à étudier le jeu et rester très patient!”

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...